Luc Chery. La traversée des apparences

Luc Chery. La traversée des apparences
Luc Chery. La traversée des apparences

2010 / 64 pages / 180 x 220 mm / ISBN 978-2-36062-007-4
Textes de Dominique Dussol, Évelyne Toussaint, Xavier Rosan

 

Depuis plus de vingt ans, Luc Chery suit un itinéraire d’errances et de contingences qui le conduit de Bordeaux à Tahiti, du Bassin d’Arcachon à Jérusalem. Le photographe révèle un monde sensible, tout en retenue et en pudeur, qui parvient à saisir, à travers le prisme du quotidien, la grâce et la poésie.

Sommaire 

Catalogue de l'exposition présentée à la Vieille Église Saint-Vincent de Mérignac du 17 avril au 13 juin 2010.
Rassemblant à la fois des séries anciennes et récentes, cet ouvrage consacré au travail photographique de Luc Chery couvre une production s'échelonnant sur plus de vingt ans, de 1985 à nos jours. Le regard rétrospectif permet d'apprécier, au-delà de la diversité des sujets abordés (faune noctambule dans les années 1980, flore de Taravao, dépouilles d'animaux, Jérusalem, habitats précaires...), les permanences et la trés grande cohérence qui s'en dégagent. Contrairement à l'instantanéité que réclame la photographie de reportage, Luc Chery ne vole pas un sujet au débotté, mais l'ausculte longuement, l'apprivoise et s'en infuse au terme d'une longue maturation afin d'établir un rapport de confiance, une sorte de contrat tacite entre son motif et lui-même. Ainsi, plantes exotiques, dépouilles d'animaux, habitations précaires sont méticuleusement observées, recomposées, ordonnées, selon un cérémonial quasi rituel.
D'une indéniable picturalité, ses photographies semblent emprunter au langage du peintre ses effets de composition, de chromatisme, de matière et surtout de lumière. Reflets, transparences, clairs obscurs contribuent à renforcer plastiquement l'impression d'errance entre deux médiums, comme si l'artiste refusait l'arrêt sur image. Car c'est aussi un travail sur le temps et hors du temps, qui constitue une seule et même œuvre. In fine, les photographies de Luc Chery ne se placent pas tant du côté de la démonstration que de celui de la révélation.