PARC NATUREL RÉGIONAL PÉRIGORD-LIMOUSIN - PATRIMOINE INDUSTRIEL & ARTISANAL

PNRPL - PATRIMOINE INDUSTRIEL & ARTISANAL

Janvier 2021 / 112 pages / 15 x 21 cm / ISBN : 978-2-36062-269-6

Collection Visages du patrimoine - Une publication de la Région Nouvelle-Aquitaine
Aujourd’hui reconnu pour son patrimoine naturel, le Parc naturel régional Périgord-Limousin - qui s’étend de Périgueux à Limoges puis Angoulême - est aussi un témoin de la longue histoire économique des campagnes françaises, marquée par l’artisanat et l’industrie.

Sommaire 

Le développement de ces activités sur ce territoire s’explique par la présence en abondance de l’eau, source d’énergie, et des ressources naturelles (bois, pierre, minerai, etc).

Son histoire débute à la fin du Moyen Âge, quand apparaissent les innovations de la Renaissance technique, et s’achève lors de la désindustrialisation des années 1980. Entre ces deux périodes, la double révolution industrielle et agricole du 19e siècle, marquée par l’arrivée décisive du chemin de fer, donne un nouvel élan à cette industrie rurale. Le paysage économique du territoire est composé de forges, moulins, tuileries, carrières, mines, scieries ou usines textiles qui naissent, se développent, se transforment, disparaissent, se renouvellent au fil du temps, au gré des innovations et de la conjoncture.

Ces lieux méconnus, ateliers et usines, ainsi que leurs acteurs, les ouvriers-paysans ont été mis en lumière grâce à une étude d’inventaire approfondie du patrimoine, qui montre leur persistance dans le paysage. Une sélection de trente-deux sites, dont les deux-tiers ouverts au public, permet ainsi au lecteur d’aborder sous différents angles la richesse du patrimoine industriel de ce territoire.

Sommaire :
En passant par le Périgord-Limousin
Histoire et ressources d’un riche territoire : Évolution paysagère, évolution des activités artisanales et industrielles au fil du temps

Itinéraires :

1. Des patrimoines à découvrir : Le territoire est marqué par l’industrie et l’artisanat mais surtout par leur perte d’emprise sur le paysage local. Certaines unités, certains bâtiments conservent toutefois des vestiges importants dignes d’être remarqué au détour d’une route ou d’un sentier. D’autres, au contraire, ont été laissés à la nature et leur trace demande à l’œil une mise au point.
2. Des patrimoines valorisés : Sites industriels et artisanaux ayant stoppé leur activité mais dont la mémoire, les savoir-faire ainsi que les bâtiments ont été conservés pour une mise en valeur.
3. Des patrimoines vivants : Bâtiments ou sites préservant un savoir-faire ou une activité industrielle sur place. La plupart est ouvert à la visite.

Dans la même collection Visages du Patrimoine en Nouvelle-Aquitaine :