Le Festin #89 - Voyager ici

Le Festin #89 - Voyager ici - Hôtels et maisons d'exception
Le Festin #89 - Voyager ici - Hôtels et maisons d'exception

Printemps 2014 / 128 pages / 22 x 28 cm

Au printemps, le Festin vous fait voyager à la découverte des plus beaux endroits de villégiature en Aquitaine. En couverture de ce numéro, le Mama Shelter à Bordeaux, l’ébouriffant hôtel conçu par les architectes de l’atelier King Kong et le designer Philippe Starck. Ce lieu chargé d’histoire s’est ouvert en grand à nos objectifs. 

  • © Gaizka Iroz

    PAYS BASQUE : La villa Berriotz à Bassussarry, par Benoît Manauté © Gaizka Iroz
    Le très chic couturier et parfumeur des Années folles Jean Patou inaugura en 1925, à Biarritz, une succursale de son atelier parisien. Séduit par la région, il fit l’acquisition d’un terrain au Bois de Berriotz, surplombant la vallée de la Nive, afin d’y faire construire sa nouvelle résidence de villégiature. La villa, désormais classée au titre des Monuments historiques, est le chef-d’oeuvre de l’architecte-décorateur Louis Süe.

  • © Mathieu Thomassin

    BÉARN : Pau, le pari des parcs et jardins, par Jean-Yves Puyo © Mathieu Thomassin
    Sous la Monarchie de Juillet, c’est avec hardiesse que Pau, cité indolente, devient une « station » à la mode. À l’image de la Côte d’Azur, la capitale béarnaise choisit de s’équiper en parcs et jardins. De l’arrivée des premiers hivernants étrangers aux tout derniers chantiers, Pau n’a, depuis, plus jamais cessé de verdir.

  • © Jonathan Barbot

    DORDOGNE : Trois demeures converties en auberges, par Line Becker et Vincent Marabout © Jonathan Barbot
    De la capitale du Périgord aux rives de la Vézère où afflue le Coly, jusqu’au val de Dronne, à deux pas de la Charente, trois étapes hors des sentiers battus pour faire le plein des sens et des nourritures terrestres.
    Château du Mas-de-Montet à Petit-Bersac, castel Peyssard à Périgueux, hôtellerie de la commanderie à Condat-sur-Vézère.

  • © Adrienne Barroche

    GIRONDE : Les villas Ormières d’Arcachon, par Bertrand Charneau © Adrienne Barroche
    Le père devint maire d’Arcachon, le fils établit le plan de la Ville d’Hiver de la cité balnéaire, le petit-fils assura de nombreux chantiers de reconstruction dans la Gironde d’après 1939-45… Si les lignées d’architectes ne sont pas rares, Eugène, Marcel, puis Max Ormières s’illustrent par l’ampleur et la divinité de leurs réalisations. Leur point d’ancrage : Arcachon, où Marcel Ormières, notamment, imagina le modèle de la villa de cure.

  • © Gabrielle Duplantier

    LANDES : Les beaux soirs de la villa Saint-Jean, par Bertrand Charneau © Gabrielle Duplantier
    Dans l’arrière-pays landais, la villa Saint-Jean est un ancien corps de ferme réhabilité par les frères Gomez, alors connus pour leurs réalisations côtières Art déco. Tout à la fois basque, landaise et espagnole, la villa est un concentré d’influences campé sur la rive d’un fleuve, l’Adour, célébré par les plus grands poètes.

  • © Maitetxu Etcheverria

    PAYS BASQUE : Abbadia, villégiature romantique, par Viviane Delpech © Maitetxu Etcheverria
    Le domaine d’Abbadia a des allures de landes irlandaises, ce qui décida Antoine d’Abbadie d’Arrast, érudit, infatigable voyageur, astronome réputé né à Dublin, à l’acquérir. En 1852, il passa donc commande d’un château à l’architecte Viollet-le-Duc, sous la direction duquel Edmond Duthoit concevra toute la décoration et le mobilier. Une demeure d’exception, consacrée à la contemplation sur un site enchanteur.

  • © Jérémie Buchholtz

    GIRONDE : Les rêveries urbaines du Mama Shelter, par Delphine Costedoat © Jérémie Buchholtz
    Dans les années 1930, le nouveau siège de la Régie du gaz de Bordeaux, tout en verre, métal et béton armé, agace les puristes.Finalement délaissé, le lieu devient pain bénit pour l’équipe Starck-Trigano et l’atelier d’architectes King Kong, chargés de décliner le ton « Mama » et revitaliser l’hôtellerie en centre ville. Visite guidée d’un lieu déjà mythique.

Sommaire 

Dans ce numéro, le périple est aussi temporel, tant les séjours aux bois, à la mer ou à la campagne ont transformé la région à travers les siècles. Notre sélection témoigne d’un mouvement d’abord aristocratique (le futur Henri IV et la reine Margot, entraînant toute une cour à goûter aux plaisirs champêtres, à Nérac), devenu phénomène bourgeois (les villas « de cure » de la Ville d’Hiver d’Arcachon). Dans le sillage des têtes couronnées, des rentiers fortunés, des capitaines d’industrie, puis des artistes ou de grands couturiers, tel Jean Patou au Pays basque, ont édifié de somptueuses demeures. Dès le xixe siècle, des villes entières, telle Pau « l’Anglaise » ou Hossegor « l’élégante », se sont également lancées à corps perdus dans la concurrence touristique internationale, quand, de nos jours, des domaines ancestraux de Dordogne ont été convertis en auberges de charme.

Le Festin vous en fait la preuve par l’image, le texte et des archives inédites : l’évasion est à nos portes !

GIRONDE 

Les rêveries urbaines du Mama Shelter, par Delphine Costedoat
Dans les années 1930, le nouveau siège de la Régie du gaz de Bordeaux, tout en verre, métal et béton armé, agace les puristes.Finalement délaissé, le lieu devient pain bénit pour l’équipe Starck-Trigano et l’atelier d’architectes King Kong, chargés de décliner le ton « Mama » et revitaliser l’hôtellerie en centre ville. Visite guidée d’un lieu déjà mythique.

Du nouveau au Café du Levant
Après une minutieuse cure de jouvence, la grande brasserie de la gare a rouvert en janvier. L’occasion de redécouvrir cette institution, l’un des derniers exemples encore vivants du patrimoine Art nouveau à Bordeaux.

Les villas Ormières d’Arcachon, par Bertrand Charneau
Le père devint maire d’Arcachon, le fils établit le plan de la Ville d’Hiver de la cité balnéaire, le petit-fils assura de nombreux chantiers de reconstruction dans la Gironde d’après 1939-45… Si les lignées d’architectes ne sont pas rares, Eugène, Marcel, puis Max Ormières s’illustrent par l’ampleur et la divinité de leurs réalisations. Leur point d’ancrage : Arcachon, où Marcel Ormières, notamment, imagina le modèle de la villa de cure.

PAYS BASQUE

La villa Berriotz à Bassussarry, par Benoît Manauté
Le très chic couturier et parfumeur des Années folles Jean Patou inaugura en 1925, à Biarritz, une succursale de son atelier parisien. Séduit par la région, il fit l’acquisition d’un terrain au Bois de Berriotz, surplombant la vallée de la Nive, afin d’y faire construire sa nouvelle résidence de villégiature. La villa, désormais classée au titre des Monuments historiques, est le chef-d’oeuvre de l’architecte-décorateur Louis Süe.

Abbadia, villégiature romantique, par Viviane Delpech
Le domaine d’Abbadia a des allures de landes irlandaises, ce qui décida Antoine d’Abbadie d’Arrast, érudit, infatigable voyageur, astronome réputé né à Dublin, à l’acquérir. En 1852, il passa donc commande d’un château à l’architecte Viollet-le-Duc, sous la direction duquel Edmond Duthoit concevra toute la décoration et le mobilier. Une demeure d’exception, consacrée à la contemplation sur un site enchanteur.

LANDES

Les abris nature de Patrick Maxwell, par Marc Saboya
Quand l’audace architecturale réside dans la simplicité : ainsi pourrait-on résumer le travail de Patrick Maxwell, véritable précurseur à la trop courte carrière. Avec ses demeures parfaitement intégrées dans leur écrin naturel, l’homme privilégiait l’économie de moyens, ébauchant avant l’heure les principes d’une architecture « verte ». Co-fondateur du mouvement Agora, il laisse derrière lui des créations seventies empreintes de l’esprit des lieux investis.

Les beaux soirs de la villa Saint-Jean, par Bertrand Charneau
Dans l’arrière-pays landais, la villa Saint-Jean est un ancien corps de ferme réhabilité par les frères Gomez, alors connus pour leurs réalisations côtières Art déco. Tout à la fois basque, landaise et espagnole, la villa est un concentré d’influences campé sur la rive d’un fleuve, l’Adour, célébré par les plus grands poètes.

Le Haut-Regard d’Hossegor, par Éric Martinez 
La villa Haut-Regard témoigne de la naissance d’Hossegor. Enchâssée dans la forêt, la belle bourgeoise se distingue par sa tour d’angle conçue pour offrir un aperçu de la mer par-delà les futaies. Aujourd’hui, la villa retrouve une seconde jeunesse grâce à l’ajout d’une extension contemporaine aux formes radicales.

LOT-ET-GARONNE

La cour en villégiature à Nérac, par Xavier Pagazani
Nérac fut, durant quelques années de paix au coeur des guerres de religion, le théâtre d’une cour brillante dont les membres ont cherché le repos et l’agrément dans les jardins de demeures d’exception. Château de Lagrange-Monrepos et château de Bournac.

DORDOGNE

Trois demeures converties en auberges, par Line Becker et Vincent Marabout
De la capitale du Périgord aux rives de la Vézère où afflue le Coly, jusqu’au val de Dronne, à deux pas de la Charente, trois étapes hors des sentiers battus pour faire le plein des sens et des nourritures terrestres.
Château du Mas-de-Montet à Petit-Bersac, castel Peyssard à Périgueux, hôtellerie de la commanderie à Condat-sur-Vézère.

BÉARN

Pour en finir avec les « villas anglaises » de Pau ?, par Claude Laroche
Pau et ses villas anglaises : d’une réalité historique certaine, on est passé ces dernières années à un cliché quelque peu envahissant... Voici trois villas paloises, soit autant d’occasions d’aller au-delà des idées reçues, pour mieux comprendre une architecture ô combien savante et tout sauf univoque.
Villa Sorrento, villa Nitot et villa Béatrix.

Pau, le pari des parcs et jardins, par Jean-Yves Puyo
Sous la Monarchie de Juillet, c’est avec hardiesse que Pau, cité indolente, devient une « station » à la mode. À l’image de la Côte d’Azur, la capitale béarnaise choisit de s’équiper en parcs et jardins. De l’arrivée des premiers hivernants étrangers aux tout derniers chantiers, Pau n’a, depuis, plus jamais cessé de verdir.