Autour de Courbet en Saintonge

Autour de Courbet en Saintonge
Autour de Courbet en Saintonge

Juin 2007 / 190 pages / ISBN : 979-2-91526-249-0

Catalogue d'exposition
Excepté la Franche-Comté natale qui constitue son principal réservoir d'inspiration, la Saintonge, parmi les régions de France où il s'est rendu, a particulièrement marqué Gustave Courbet. Elle constitue une parenthèse dans son oeuvre qui a longtemps embarrassé les historiens de l'art. C'est à une relecture de cet épisode à la fois marginal et intense que s'attache en partie cet ouvrage.

Sommaire 

Fin mai 1862, sous l'impulsion du critique Castagnary, Courbet se rend en Saintonge pour une semaine. L'accueil chaleureux qu'il y trouve le détermine à rester une année. Il donne libre cours à sa nature dionysiaque en repoussant tous les tabous. Cette province amie, aux vignes plantureuses suscite chez l'artiste une fécondité accordée à l'outrance de ce qui a été vécu. Courbet se livre, comme il ne l'avait encore fait, à tous les genres de la peinture. En août, Corot vient le rejoindre chez le mécène Étienne Baudry et son passage donne lieu à ne étonnante confrontation.

À l'automne 1862, Courbet s'installe à Port-Bertrau, sur les rives de la Charente où il retrouve ses élèves Auguin et Pradelles. Avec eux, il multiplie les pochades sur le motif et cette production qui donne lieu début 1863 à une exposition singulière à la mairie de Saintes, suscite une véritable vision saintongeaise. C'est sur cette expérience collective du plein air, que l'accent s'est principalement porté. Franchise gestuelle, énergie, célébration de la pâte dans une peinture travaillée au couteau, préoccupée de valeurs de tons, tel est le principal legs transmis par "le Passeur de Port-Bertrau" à ses camarades, car Courbet, héros sacrilège vivant de la transgression des interdits, exerce aussi dans le paysage un travail de sape systématique à l'égard des traditions. Bousculant toutes les règles admises, l'artiste voit dans l'épanouissement de la matière et le culte de la sensation les conditions de la liberté.

Cette aventure amorce la naissance d'une école de paysage qu'Auguin fondera à Bordeaux à la fin des années soixante et cette exposition propose une première approche d'un champ encore mal défriché, celui du foyer de paysage du Centre-Ouest et du Sud-Ouest de la France dans la deuxième moitié du XXIe siècle.