De la sincérité envers soi-même

De la sincérité envers soi-même | Jacques Rivière | Le Festin
De la sincérité envers soi-même

2013 / 128 pages / 13,5 x 20,3 cm / ISBN : 9-782360-620883
Jacques Rivière, préface d'Éric des Garets - PRIX SOLDÉ 5 € au lieu de 15 €
COLLECTION LES CAHIERS DE L'ÉVEILLEUR

« Apprends de toi tout ce qu’on peut savoir ! »

Écrivain à la recherche d’absolu, le Bordelais Jacques Rivière rédige les textes qui composent De la sincérité envers soi-même entre 1912 et 1918. Les redécouvrant à un siècle de distance, il est frappant de constater combien ces fragments méconnus, nés d’une période de doute et de souffrance, demeurent d’une étonnante actualité. 

Sommaire 

Il n’y a pas seulement le style et l’esprit acérés de l’auteur qui nous rendent son propos soudainement limpide et évident, il y a aussi et surtout le sujet qu’il développe : la nécessité d’être en accord avec soi-même. Pour cela, il va puiser sans relâche au fond de lui, préférant aux lois mécaniques de la science l’explication mystique qui donne un sens à sa vie. Traquant les lâchetés minuscules comme les « états noirs », la vanité comme les petits sentiments, il aspire à devenir l’homme nu du premier jour, de nouveau réel, car « être réel, c’est aussi indispensable qu’être vrai ».

De la sincérité avec soi-même est composé en trois chapitres :

« De la sincérité envers soi-même »,
« De la foi »,
« Chasse à l’orgueil ».

L'auteur

Né à Bordeaux en 1886, Jacques Rivière fréquenta dès son adolescence l’intelligentsia bordelaise réunie autour du collectionneur et mécène Gabriel Frizeau, qui lui permit de rencontrer Paul Claudel et André Gide, deux figures tutélaires du futur écrivain. Grand ami d’Alain-Fournier, l’auteur du Grand Meaulnes (dont il deviendra le beau-frère en épousant sa sœur Isabelle), il seconda Jacques Copeau  à la Nouvelle Revue française, avant de la diriger lui-même à partir de 1919 et jusqu’à sa mort, six ans plus tard. Entre-temps, il aura fait l’épreuve de la captivité pendant les quatre années de guerre, expérience qui se révèlera décisive, le délivrant de ses « vapeurs d’homme de lettres. »

« La question de la foi traverse l’œuvre de Rivière. Toute sa vie, il rechercha “la trace de Dieu”. La trouva-t-il ? Rien n’est moins sûr », note Éric des Garets, auteur de la préface de la présente édition.

Éric des Garets est attaché culturel et écrivain. Il a publié aux éditions le festin un aussi savoureux que savant Petit Dictionnaire Mauriac.