La Maison au bord du fleuve

La maison au bord du fleuve
La Maison au bord du fleuve - souvenirs bordelais

Mars 2017 / 264 pages / 13,5 x 20,3 cm / 19 € / ISBN : 978-2-36062-164-4
Jean Balde / Préface de Jean-Marie Planes

 

Collection Les Merveilles
Suivi de Au pays Girondin et Une enfance de Rosa Bonheur (textes inédits)

Jean Balde (1885-1938), née Jeanne Alleman, effectue, à la toute fin de sa vie, un retour tendre et alerte sur ses années d’apprentissage, lesquelles se confondent bientôt avec le dessin d’un Bordeaux composite et coloré, à la fois celui des Horizons chimériques, chers à Jean de La Ville de Mirmont, mais aussi des Préséances décrites par François Mauriac.

Sommaire 

Sous la plume de la Colette girondine – la seule femme écrivain associée à la célèbre « génération perdue » –, le Port de la Lune paraît comme réenchanté, par la grâce des silhouettes convoquées : illustres en leur temps (le bon docteur Arnozan, l’historien Camille Jullian) ou anonymes voués à l’oubli (jeunes filles en robes claires, reines de Saba égarées dans l’arrière-pays). « Les portraits émerveillent », comme le souligne Jean-Marie Planes dans son émouvante préface.
En ethnographe enjouée et complice, avec tact et dans un style admirable, Jean Balde ressuscite ainsi le Bordeaux mondain – celui des tout puissants négociants en vin du Pavé des Chartrons, comme celui de la « bonne société » des allées de Tourny – mais aussi la Gironde travailleuse, celle des parqueurs d’huîtres ou des vignerons. Elle revisite à l’occasion, à travers une galerie de figures hautes en couleur, l’histoire viticole du Médoc, de château Lafite à Cos d’Estournel, en passant par les Rotschild ou les barons de Brane.
Chronique d’un milieu social, le récit est rythmé par l’évocation de l’âme de maisons fugitives, servant de belvédères à l’écrivain posant sur les êtres et sur les choses un oeil insatiable : l’appartement de la place de la Bourse, le chalet de bois de Soulac, la demeure de Lesparre annonçant la Fin des Terres, l’Aérium d’Arès découvrant à la vue l’immense tapis vert du Bassin d’Arcachon, le domaine de Maurignac en Marmandais, et la chartreuse de Latresne, l’ultime maison, au bord du fleuve où se mire toute une vie. Chef-d’oeuvre de Jean Balde, La Maison au bord du fleuve est un livre heureux.
Également édité au Festin, Le Goéland.

" Bordeaux donc, telle qu’en elle-même l’éternité la change."
Olivier Mony, Sud Ouest Dimanche

Jean-Marie Planes est chroniqueur littéraire à Sud-Ouest Dimanche et membre de l’Académie nationale des sciences, belles lettres et arts de Bordeaux. Il vient de publier Le chemin de Macau chez Arléa.
Au Festin, il a préfacé la réédition de L’élève Gilles d’André Lafon, du Fleuve impassible de Pierre Siré, Le Goéland de Jean Balde.